Et oui je sais ça fait longtemps que je n'ai pas parlé de livre, pas faute d'en lire, mais souvent je me contente de piquer les thrillers et autres policiers merdiques de Lom dès qu'il les finit, alors bon, pas de quoi poster un billet...
Alors là il s'agit du roman d'Anna Gavalda, dont j'avais lu le recueil de nouvelles Je voudrais que quelqu'un m'attende quelquepart il y a longtemps, j'avais simplement adoré..

Alors pourquoi, oui pourquoi je n'ai pas acquis ce livre dès sa parution alors qu'il me faisait envie, pourquoi je ne l'ai pas acheté tout-de-suite quand il s'est rappelé à moi par la promo du film qui sortait sur grand écran, pourquoi je ne l'ai pas emmené avec moi alors qu'à la Fennac ils me le mettaient en tête de gondole tous les quinze jours, pourquoi je n'ai pas pensé à ce bouquin en prévoyant ma lecture de plage???

Pourquoi??? Je vais vous le dire moi, pour qu'il me hante avant même d'en avoir tourné la première page!!!

Pour qu'un beau matin de vacances en bord de plage, je me dise allez ce matin, c'est moi qui va chercher le pain (le genre de truc qui m'arrive à peu près une fois par an depuis que j'ai adopté un chevalier servant amateur de pain frais pour le petit déj), en me disant comme ça je pousserai jusqu'au marchand de journaux qui doit bien avoir un poche ou deux lisables qui supporteraient que quelques grains de sable s'immiscent entre les pages et que mes doigts crémeux d'indice 230 le feuillettent gentiment à l'ombre d'un parasol sur ma serviette trempée, bref, un truc qui se lit en maillot quoi...
Je scrute alors consciencieusement les étagères en lisant les titres, entre les poussiéreux classiques de la littérature française et les harlequins je commencais à désespérer, quand sur la dernière étagère observée, comme de par hasard, j'aperçois le Ensemble c'est tout!
Là, ni une, ni deux, je l'attrappe sans même le feuilleter, me dirige vers la caisse, et prépare ma monnaie, à combien il est au fait, 8 euro 40, oki, alors, 2, 4, 5, 5.50, 6.50, 7, 7.10, 7.30, 7.40,... comment ça 7.40??? Ah non c'est pas possible! Pas 7.40, pas juste un malheureux euro... Et dire que j'ai pris le pain avant, j'aurai p'têt eu assez (et Lom serait redescendu illico espresso chercher sa baguette gnark gnark), enfin tant-pis maintenant c'est fait, alors voyons, est-ce qu'ils me feraient cadeau d'un euro ici... non, vu les têtes non,... et si je le vole non je vole pas, et si je leur dis je vous ramène l'euro mais là faut que je l'emmène il me le faut c'est important comprenez ça fait des mois qu'il faut que je l'achète et là vous n'en avez qu'un alors si quelqu'un passe d'ici que je revienne ça va pas être possible, bon je pense pas qu'ils voudront tout ce que j'ai à donner en garantie c'est mon porte-monnaie vide...
Bon, il faut s'y résoudre, je le repose, la mort dans l'âme...

Voilà pourquoi après le petit déj en allant au bourg pour faire le plein de spécialités locales au marché, je me suis dépêchée de retirer un beau billet tout frais et de tomber par hasard sur l'unique presse digne de ce nom à des kilomètres à la ronde, hop, rayon poches, hop les G..., haaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa il est là ouf!!!!!!!!!!!!
Voilà pourquoi je me suis abstenue si longtemps pour me l'offrir, il fallait que j'en ai vraiment envie! Là c'était bon, j'étais à point!

Ben je n'ai pas regretté notez.
Les personnages sont tellement là, je ne sais pas trop à quoi ça tient, magie de l'écriture, mais le fait est qu'ils se remplissent de ce qu'ils sont jusqu'à être palpables, cette Camille, ce Franck, ce Philou et cette Paulette, on sait bien qui ils sont.
A tel point que je me suis forcée à décrocher à plusieurs reprises car j'étais trop dedans, j'avais besoin d'un moment pour recadrer la réalité... Faut dire je suis une super lectrice et auditrice, je me prends vite et bien au jeu... Mais vraiment mention spéciale, même que j'ai pleuré un peu à la fin (en même temps d'accord àce momment-là j'étais sentimentalement affaiblie par l'absence de Lom qui est lâchement parti se faire cramer le dos sur planche à voile en Corse avec sa mè-re et sa soeur si c'est pas mignon pendant que moi je trime enfermée toute la journée et super seulabre en rentrant le soir), alors bon, je ne vous lâcherai pas un mot de l'histoire pour que vous ayez plaisir à rentrer dedans...
La couverture, voilà tout ce à quoi vous aurez droit, non non n'insistez pas!
Par contre je le prête volontiers.

Ensemble c'est tout